Renforth complète sa première étude pétrographique sur Parbec

Renforth complète sa première étude pétrographique sur Parbec

23 septembre 2019

Ressources Renforth inc. (CSE – RFR) (OTC Pink – RFHRF)(“Renforth” ou la “Société”) a le plaisir d’informer les actionnaires qu’une première caractérisation pétrographique sur Parbec a été effectuée sur 23 échantillons en lames minces, préparés à partir de 6 trous de forage récents. Le programme initial de lames minces a réussi à simplifier la lithologie sur Parbec, en plus de caractériser le système d’altération et d’indiquer le modèle de dépôt aurifère. Au cours des observations effectuées à l’aide d’un microscope optique polarisant, 75 grains d’or ont été observés dans 5 échantillons provenant de 5 des 6 forages étudiés. Toutes les particules d’or observées, à l’exception de 2 grains, sont considérées comme de «l’or libre» en tant que texture séparée des sulfures.

Renforth effectuera des travaux pétrographiques supplémentaires sur Parbec afin de continuer à clarifier le modèle géologique, de faciliter l’exploration et de donner davantage de précisions sur la localisation de l’or. Un aperçu complet de ce programme initial suivra aussitôt que possible.

Résumé des observations par lames minces sur Parbec

Cette étude initiale en lames minces a abouti à plusieurs conclusions concernant les types de roches et le modèle de minéralisation sur Parbec. Plusieurs de ces conclusions sont présentées ci-après; en raison de la nature et du langage techniques rattaché à ce domaine d’expertise, Renforth a choisi d’offrir un résumé en langage clair afin d’aider le lecteur à mieux comprendre.

Intrusions et altération hydrothermale

  • « La nomenclature des intrusions de type diorite, les QFP (porphyre à quartz-feldspath) et les roches décrites comme felsiques lors des opérations de description des carottes de forage ont, jusqu’à maintenant, représentés les variations de couleur et de texture des unités décrites. Les résultats de l’étude pétrographique montrent que toutes les intrusions analysés peuvent être considérées comme très similaires en termes de composition primaire et de caractéristiques texturales. Ils appartiennent certainement au même système intrusif faiblement fractionné. »
  • Pour Renforth, cela signifie que nous pouvons simplifier la classification et la modélisation géologique sur Parbec.
  • « L’assemblage d’altération contenant la biotite et identifié comme étant de la diorite, est en réalité une surimpression d’altération qui a entraîné des modifications de certaines caractéristiques physiques telles que la couleur, la taille du grain, la dureté et la densité. À l’échelle microscopique, l’évolution des minéraux d’altération peut être représentée comme un continuum commençant à la toute fin du processus de cristallisation magmatique.La réaction magnétite + biotite + albite a été observée dans tous les échantillons, associée dans certains cas à une destruction du feldspath potassique primaire. Ce style d’altération s’étend bien au-delà des structures minéralisées connues et montre un enrichissement progressif en or. Cette altération peut être considérée comme un facteur de préparation favorable, à la fois chimique et mécanique,  pour la minéralisation aurifère. »
  • Ce type de relation permettra à Renforth d’étendre l’échantillonnages dans des trous de forage. De plus, l’identification des altérations peut guider l’exploration en surface et aider à définir l’étendue de la minéralisation sur Parbec.

Tuf ou sédiments?

  • « Suivant l’étude pétrographique, les niveaux de tuf précédemment identifiés sur Parbec, du côté nord de la Faille Cadillac ont été reclassés en tant que sédiments. L’identification de textures primaires telles que des grains clastiques de quartz-feldspath semi-arrondis, des fragments lithiques et la matrice de quartz micro-granulaire militent en faveur d’une origine sédimentaire. »
  • Cette conclusion est très intéressante, en particulier dans la mesure où les domaines sédimentaires associés à la Faille Cadillac sont l’hôte de plusieurs systèmes minéralisés bien documentés. Par exemple, la minéralisation de la mine Canadian Malartic, voisine à l’est de la propriété Parbec, est en partie encaissée dans les sédiments au contact sud de la Faille Cadillac. Aussi, Renforth a publié des résultats de minéralisation aurifère dans les sédiments à la fois sur la propriété Parbec et New Alger.

Modèle de minéralisation

  • « La présence d’or, tout comme le système d’altération lié à l’or, sont probablement reliés à la mise en place de dykes feldspathiques de composition intermédiaire correspondant à une monzodiorite à quartz. Le système aurifère de Parbec, bien que obéissant à un contrôle structural, est fortement influencé par les réactions du système hydrothermal aurifère avec les roches hôtes.
  • La mise en place de l’or sur Parbec est fortement contrôlée par l’altération hydrothermale créant un environnement favorable aux dépôts d’or. Le niveau de déformation a affecté les roches les plus compétentes en créant des zones fracturées et bréchifiées dans lesquelles les plus hautes teneurs en or sont souvent observées.
  • « Une altération diffuse précoce est associée à un état d’oxydation élevé de l’environnement hydrothermal, tamponné par le schiste ultramafique.Ces conditions ont crée de la magnétite secondaire et la mobilisation du potassium et du sodium. En conséquence, l’albitisation a affecté de gros volumes de schistes ultramafiques, ce qui a pour effet de rendre les roches hôtes plus compétentes et plus favorables à la fracturation et à la minéralisation. »
  • Sur Parbec, ce phénomène représente un environnement favorable qui pourrait être recherché sur toute la propriété. Renforth a observé dans les trous de forage et sur les affleurements en surface que de nombreux petits filons de quartz et zones enrichies en albite sont localement associés à des teneurs aurifères.
  • « Le système minéralisé Parbec a généré une minéralisation à or fin. Les particules d’or libres de quelques dizaines de microns sont sous forme d’inclusions dans la fraction de carbonates tardifs du système d’altération.»
  • L’observation de l’or libre à petite échelle (de l’ordre du micromètre) est importante. Ce travail de pétrographie en lames minces, de même que les travaux supplémentaires à venir, contribueront à la planification par Renforth de tests métallurgique sur Parbec, au-delà des travaux de comparaison très préliminaires entrepris en 2015.

L’étude pétrographique a été réalisée à l’aide de lames minces fabriquées par Vancouver Petrographics Ltd. Les travaux de description et d’analyse pétrographique ont été réalisés par Martin Demers, géologue, ogq (#770), à partir d’échantillons de carottes de forage. M. Demers a personnellement choisi les échantillons de Parbec (entreposés dans un endroit sécurisé par Renforth) et ont été acheminés par courrier spécial. M. Demers a utilisé un microscope polarisant Leica Laborlux 12 POL S équipé pour la lumière transmise et réfléchie. L’identification des minéraux est étayée par l’expérience de M. Demers sur un large éventail d’occurrences et de gisements aurifères.

Les informations techniques contenues dans ce communiqué ont été revues et approuvées par Martin Demers, géo. (ogq # 770) une «personne qualifiée» au sens du Règlement 43-101. M. Demers a 20 ans d’expérience dans l’utilisation de la pétrographie à toutes les étapes des projets d’exploration, à la fois pour la définition de modèles de gisements et pour l’orientation des tests métallurgiques. M. Demers a précédemment exercé les fonctions de personne qualifiée en matière d’exploration pour Mines Aurizon Mines ltée de 2004 à 2013, où il a joué un rôle clé dans la réouverture de la mine Casa Berardi, dans la région de l’Abitibi, maintenant exploitée par Hecla Québec.

Pour plus d’informations:

Ressources Renforth inc.

Nicole Brewster, présidente et chef de la direction

Tél.: 416-818-1393

Courriel: nicole@renforthresources.com

À propos de RENFORTH

Ressources Renforth inc. est une société d’exploration aurifère basée à Toronto qui possède cinq propriétés aurifères détenues à 100% situées dans les provinces du Québec et de l’Ontario, au Canada.

Au Québec, Renforth détient les propriétés New Alger et Parbec, respectivement dans les camps miniers de Cadillac et de Malartic, sur la Faille de Cadillac, avec de l’or présent à la surface et jusqu’à une certaine profondeur. Dans les deux cas, des structures aurifères supplémentaires, autres que celles situées sur la Faille de Cadillac, ont été trouvées sur chacune des propriétés et nécessitent des travaux d’exploration supplémentaires. Renforth détient également la propriété Malartic Ouest, contiguë à la limite ouest de la propriété de la mine Canadian Malartic; située dans les sédiments du Pontiac, la propriété est aurifère, tout en ayant fait l’objet d’une récente découverte de cuivre. De plus, Renforth, qui détient à 100% la propriété aurifère Denain-Pershing à proximité de Louvicourt (Québec), a signé une entente d’option avec O3 Mining Inc.

En Ontario, Renforth détient la zone aurifère de surface Nixon-Bartleman à l’ouest de Timmins (Ontario), qui a été forée, canalisée et échantillonnée sur une distance de 500 m. Cette propriété historique nécessite également des travaux d’exploration supplémentaires pour définir l’étendue de la minéralisation.

Aucune autorité en valeurs mobilières n’a approuvé ni désapprouvé le contenu de ce communiqué.

Énoncés prospectifs

Ce communiqué contient des énoncés prospectifs et des informations en vertu des lois sur les valeurs mobilières applicables, y compris en ce qui concerne l’acquisition d’un intérêt dans la propriété Nixon-Bartleman. Toutes les déclarations, autres que les déclarations de faits historiques, sont prospectives. Les déclarations prospectives sont souvent identifiées par des termes tels que «peut», «sera», «planifier», «prévoir», «croire», «anticiper», «estimer», «avoir l’intention» et des termes similaires faisant référence à des événements futurs et à des résultats. Ces déclarations et informations sont basées sur les opinions et attentes actuelles de la direction. Toute information prospective est intrinsèquement incertaine et sujette à diverses hypothèses, risques et incertitudes, y compris la nature spéculative de l’exploration et de la mise en valeur de ressources minérales, la fluctuation des prix des produits de base, les risques d’obtention des approbations, licences et permis nécessaires et la disponibilité du financement, décrits plus en détail dans les documents relatifs aux valeurs mobilières de la Société disponibles à l’adresse www.sedar.com. Les événements ou résultats réels peuvent différer considérablement de ceux projetés dans les déclarations prospectives, et le lecteur est prié de ne pas s’y fier indûment. Les informations prospectives ne sont valables qu’à la date à laquelle elles ont été fournies et la Société n’assume aucune obligation de réviser ou de mettre à jour ces déclarations prospectives, sauf si la loi en vigueur l’impose.